Gérer le Syndrôme Métabolique Equin (SME)

“Que ton aliment soit ta seule médecine !” 
Hippocrate

La belle saison est en cours! Les prés sont à nouveau peuplés d'équidés heureux de brouter gaiement la belle herbe bien verte... Pour certains, c'est le bienvenu, mais pour d'autres cela signifie que le risque de fourbure est bien présent! Dissimulé derrière cette fourbure, sans qu'il ne soit toujours reconnu, se cache parfois le Syndrôme Métabolique Equin. C'est la "maladie du cheval moderne", qui est pourtant souvent mal identifiée et donc mal accompagnée. Dans cet article, je vous propose un partage d'expérience sur l'accompagnement de mon poney, qui a déclaré les symptômes de cette pathologie il y a 2 ans déjà.
A noter que les conseils dans cet article ne remplacent en aucun cas un avis vétérinaire, et ne constituent pas une vérité pour tout individu, tout en étant amené à évoluer en fonction de mes apprentissages et connaissances. Les compléments utilisés dont je vais vous faire part sont ceux qui sont adaptés à mon poney, et à son état (physique, émotionnel et vibratoire) après accompagnement avec une phytothérapeute mais ne seront pas forcément ceux qui le seront pour le vôtre.

Darling et le Syndrome métabolique equin

Deux photos à une année d'intervalle (à la différence près que la première est en juillet 2016 et l'autre en août 2017)... Même cheval, mais pas le même organisme!

 

Darling a le syndrôme métablique équin (SME), qui provoque de l'insulino résistance et un stockage graisseux disgracieux. L'évolution de cette pathologie a conduit chez lui à un début de fourbure, et un début de "grattage de crins" (pas une dermite, mais une évacuation cutanée des toxines qui surchargent l'organisme). 

 

J'ai pris les choses en main pour essayer de le stabiliser et changer l'intérieur du poney... Un peu comme Valérie Damidot, mais en plus viscéral...

Bref! 

Toujours est-il que cette année, pas la moindre trace de sensibilité de pieds, et presque pas un crin arraché... sans parler des plaques de graisses qui ne sont jamais arrivées (juste le bidon gonflé, mais qui reste "normal" pour un poney à tendance grassouillette).

 

 

Le protocole mis en place

J'ai été aidée par Horse Remedy (que je vous conseille absolument de par leurs conseils et connaissances pointues en terme de phytothérapie). 

 

Voilà les compléments que j'ai utilisé pour "stabiliser" et améliorer son état :

 

- Début de printemps (avril/mai)

cure d'orties pour minéraliser l'organisme de façon complète

cure de reine des prés (prévenir la fourbure et drainer les reins)

cure de bardane (détox du foie particulièrement adapté au niveau de la détox cutanée)

 

Je l'ai laissé un moment sans rien pour assimiler ces deux cures un peu costaudes.

 

- Juillet -> mi août

cure de Proferm longue durée (soutenir la flore bactérienne, une des clés essentielles dans la gestion du SME!)

cure de curcuma (gérer l'état inflammatoire de l'organisme) 

cure de Cevamine (soutien et détox de l'organisme)

 

Pause d'une semaine

 

Reprise du Proferm + Algohm (produits OHM Bioalternatives) pour reminéraliser l'organisme

 

- Début septembre :

Reprise de la cure de bardane

Continuer la complémentation en minéraux et en Proferm

Faire une cure d'orties

 

Tout le long de l'été, j'ai appliqué le gel apaisant à base de lait d'avoine et d'huiles essentielles, toujours de chez Horse Remedy. Ce produit est un de mes préférés, avec le Proferm. Je le trouve vraiment très efficace!

 

Vous trouverez tous ces produits chez Horse Remedy (sauf Cevamine, que vous trouverez chez Cevalino et Algohm, que vous trouverez chez OHM Bioalternatives).

Cevamine contient de la zéolithe et est très efficace au niveau des compléments du cheval. Dès que j'en donne, je vois la différence sur la corne de mes chevaux. Algohm est (toujours selon moi) un excellent produit qui est très complet pour l'organisme MAIS j'ai remarqué qu'utilisé par cures, il était plus efficace.

 

En parallèle de tout cela, Darling a reçu un shiatsu par mois pour soutenir l'organisme. Je suis convaincue que c'est une autre des clés essentielles dans la stabilisation de son état.

Il est sorti 2x/semaine, dont une fois en jogging. Parage régulier et adapté (PEL). 

Il passe la journée à l'herbe (montée en graines), et la nuit au foin à volonté en filet petites mailles. Après plusieurs test quant à la durée à l'herbe, il s'avère que c'est celle ci qui lui convient le mieux en terme de poids et de moral.
Je vous invite également à vous pencher sur l'aspect émotionnel du SME, et de chercher quelles émotions, quels événements ont pu être le déclencheur, la cause ou le renforcement de cette pathologie. Le shiatsu est également un moyen d'agir sur cela. 

 

J'espère que ces quelques pistes pourront vous aider un peu ! 

 

Recherche de cas

Dans le cadre de mon mémoire de shiatsu sur le Syndrôme Métabolique Equin, je recherche DEUX chevaux ou poneys présentant les symptômes du SME afin de bénéficier d'un suivi de shiatsu (évidemment gratuit) afin d'en constater les effets sur leur organisme. 

 

Conditions (non négociables!) : 

- être en Belgique dans le Brabant Wallon (alentours de Wavre)

- être prêt à s'investir, suivre les conseils et éventuelles cures suggérées, à tenir le rythme de shiatsu proposé et à être attentif à l'évolution du cheval pour que je puisse avoir un retour détaillé (qui constituera une partie du mémoire).

 


Merci de me contacter si vous êtes intéressé. Je me réserve le droit de choisir les cas et donc d'en refuser certains.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Williquet (mercredi, 23 août 2017 18:23)

    Quel dommage je suis de Braives et mon cheval hospitalisé pour grave fourbure car elle est SME et je ne le savais pas